Articles de presse Avril 2008 (extraits)

:: Mises à Jour du Site

:: Accueil

:: Biographie

:. Communauté
• Forum
:. Agenda
• Télé / Radio
:. Revue de Presse
• Couvertures de Magazines
• Articles de Presse
• Articles de Magazines
• Jen vue par
:. Discographie
• Téléchargement Titres
• CD
• DVD
:. Concerts
• Infos & Dates Concerts
• Programmes
:. Médias
• Vidéos
• Audios
Livres
:. Album Photos
• Photos Reporters
• Caps Télé
:. Filmographie
Cinéma
Téléfilm
Théâtre
:. Look
Mode
:. Palmarès
• Top Albums
• Top Titres
• Top DVD
• Distinctions
:. Liens
• Associations
• Sites Officiels
• Facebook Jenifer
• Twitter Jenifer
• Instagram Jenifer
:. Shopping
• La Boutique
:. Le Site JUA.
• Les Archives
• Contact

 

Le Progrés du 30/04/08 - Lumineuse Jenifer

 

Plus de deux mille personnes, hier soir au Palais des spectacles de Saint-Etienne


Descendue sur scène dans une énorme boule lumineuse, Jenifer a tout de suite annoncé la couleur. Cheveux au vent, pantalon argenté, elle n’a pas tardé à se débarrasser de ses talons hauts pour mieux danser, pieds nus sur scène.
Si elle a offert à son public -en majorité des enfants et des adolescents- quelques titres de ses débuts, comme «J’attends l’amour» ou encore «Au soleil», c’est surtout son dernier album, «Lunatique», qu’elle est venue présenter.
Au fil du show, entourée de six musiciens, elle a invité l’auditoire dans différents univers, voguant de l’un à l’autre, entre douces mélodies, rythmes rock enlevés, tantôt pop, tantôt reggae, risquant même quelques audaces, comme avec «le Parfum», qui mélange ska et sonorités orientales. Ses textes sont plus travaillés que par le passé, fruit d’une collaboration avec les paroliers de Calogero et d’Emilie Simon notamment. C’est une vraie personnalité, complète et extrêmement variée qu’elle a dessinée hier soir. Une prestation pleine de fraîcheur et d’énergie, devant un immense écran aux motifs psychédéliques.
En première partie, Vincent Leoty a proposé une toute autre ambiance. Deux guitares et sa voix, des textes simples délivrant une poésie empreinte de tendresse et d’humour... Il nous a raconté des histoires. Des histoires d’amour, de l’existence, posées sur les notes énergiques de son instrument. Un joli moment.


Julie Innato

 


 

République du Centre du 28/04/08 - Jenifer, " tout ce bonheur"

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 


 

La République du Centre du 26/04/08 - Jenifer, sur un tapis volant...

La chanteuse qui s'est fait connaître dans la Star'Ac 1, est actuellement en tournée en France avec son troisième album, « Lunatique ». Orléans l'accueille sur la scène du Zénith samedi 26 avril.

 

Vous êtes depuis le 7 mars sur les routes. Comment se passe votre tournée ?
Je suis hyper heureuse. C'est surprenant, à chaque fois, de voir autant de personnes se déplacer pour ma petitesse et mes chansons. Je suis super flattée et touchée, et je savoure... C'est comme un tapis volant sur lequel je parcours la France...


C'est la tournée de votre troisième album, « Lunatique ». Chantez-vous un peu des deux premiers aussi ?
Il y a tout le troisième album bien sûr et certains singles de mes albums précédents comme « J'attends l'amour », « Ma révolution », et aussi « Au soleil ». Mais on les instrumente différemment pour pouvoir les redécouvrir. Il y a une reprise aussi - un petit clin d'oeil aux années 70, dont je suis absolument fan ! - des Sly and The Family Stone. C'est un peu un défi de la jouer chaque soir mais c'est génial. J'essaie de faire reprendre le refrain au public, qui n'est pas unanime quant à ce choix. Mais j'y arrive, c'est cool.


Y aura-t-il un CD ou un DVD live de cette tournée ?
J'espère. Par contre, pour le DVD j'espère faire quelquechose de plus atypique. C'est-à-dire, pas un concert dans un Zénith. On y réfléchit. Mais oui ça existera. J'aime garder une trace de ma tournée, en plus des souvenirs.


Vous êtes allée récemment à la Star'Ac. Vous qui en êtes issue, que pensez-vous de l'émission maintenant ?
Je la prends comme un divertissement. Mais je n'adhère pas à tout le système, c'est-à-dire que je ne suis pas du tout fan de la quotidienne par exemple. Ceci dit, je ne crache pas dessus, j'en suis issue, et ce serait à refaire, je referais tout pareil. Simplement, ils vont faire la Star Academy 8.

 

Peut-être qu'à un moment donné, ça fait trop...
À l'époque, j'ai manqué de recul, j'étais dans une inconscience totale de l'ampleur de l'émission, de la surmédiatisation. Mais heureusement, sinon je n'aurais pas participé au casting, cela m'aurait trop effrayée !

 

L'étiquette qui vous colle trop à la peau ?
J'assume ce que je fais. La Star Academy m'a énormément servi. Sans elle, peut-être que je n'en serais pas là aujourd'hui. Et je lui en serai toujours reconnaissante. Ça m'a aidé à faire un premier album, à faire certaines rencontres et, au final, c'est plus que ce que j'espérais. Quant à l'étiquette qu'on me colle, peu importe, moi j'aime la musique et je suis fière d'en faire.


Vous êtes auteur-compositeur et interprète ?
J'écris beaucoup de textes mais je n'ai pas le talent pour écrire des chansons. Je parle beaucoup avec les auteurs et je fais de la musique uniquement en studio.


Sur ce troisième album, vous vous êtes entourée de Matthieu Chédid et de Guillaume Canet aux guitares. Un bon choix, dites-moi !
J'ai un facteur chance bien présent ! Matthieu, qui connaît bien Maxim (Nucci) est passé un jour au studio et comme Maxim avait le bras dans le plâtre, je lui ai demandé de poser les guitares. Comme il aimait bien la musique, cela s'est fait aussi naturellement que ça.
C'est une personne et un artiste dont je suis absolument fan. Ça s'est aussi passé comme ça avec Guillaume, qui joue de la guitare et de plusieurs instruments d'ailleurs.


Comment le qualifiez-vous d'ailleurs cet album par rapport aux précédents ?
De lunatique ! Avec des humeurs, des titres et des sonorités très changeantes. C'est un pot-pourri de sentiments.


Ce n'est pas vous qui êtes lunatique ?
Je peux l'être. Mais pas complètement. (rires) Qu'est ce que vous écoutez comme musique ? Beaucoup de vieux disques : Ottis Redding, Aretha Flanklin, Radiohead, Nirvana, Janis Joplin, et Serge Gainsbourg évidemment.


Et dans les nouveaux ?
J'ai découvert The Do et Duffy, une chanteuse qui a une voix super, comme j'aime.
Après une première expérience cinéma (la voix de Violette dans « Nos voisins les hommes »), y a-t-il d'autres projets de ce côté-là ?
Je ne sais pas si j'ai le talent pour. Il me faudrait un rôle que je serais prête à assumer, notamment face aux critiques. Du coup, j'attends le scénario qui me fasse accepter ce défi-là.

 

Katia Beaupetit

 


 

La Tribune d'Orleans du 17/04/08 - Jenifer décrochera la lune au Zénith d’Orléans


Depuis l’émission “Star Academy“ qui a enclenché son succès, Jenifer Yaël Dadouche Bartoli alias Jenifer a parcouru déjà un beau chemin pour une jeune femme de 25 ans. Avec son troisième album “Lunatique“, la belle revient sur scène après trois ans d’absence. Elle sera au Zénith d’Orléans, samedi 26 avril à 16h, pour le plus grand plaisir de ses fans.


Avec "Lunatique", vous revenez avec une sonorité différente et semblez tourner la page comme l’indique le titre d’une de vos chansons. Comment est né cet album réalisé avec Maxim Nucci ?
J’avais besoin de prendre du temps pour travailler sur cet album. J’ai d’abord eu à convaincre Maxim de s’investir et de lui-même prendre le temps de partager cette aventure. J’ai aussi fait une belle rencontre en la personne de David Verlant, qui m’avait fait parvenir des textes sur lesquels j’avais flashé. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble, nous avons beaucoup parlé, énormément : ce qu’il a écrit est du sur mesure. Nous nous sommes basés sur ses textes pour travailler sur les compos. La suite s’est faite en comité restreint, dans un cocon, en "famille".


Pourquoi "Lunatique" ? Est-ce un trait de votre personnalité ?
Non, pas du tout même. Je suis comme tout lemonde, j’ai des jours avec et des jours sans. Mais je ne suis pas lunatique. Mon album, lui, l’est. Les influences, les clins d’oeil sont divers, comme une palette de couleurs ou une palette de sentiments. On passe de l’un à l’autre avec une certaine cohérence. J’ai trouvé que le titre correspondait bien à l’humeur globale de cet album.


Cet album semble très personnel mais on ne vous retrouve pas à l’écriture ? Un jour, découvrira-t-on des chansons écrites par Jenifer ?
J’écris beaucoup, depuis toute petite. Mais écrire une chanson, c’est un tout autre exercice. Je ne pense pas avoir le talent pour. J’ai passé un cap en m’investissant pleinement sur les musiques, signant ou co-sigant certains titres de mon dernier album. Mais pour ce qui est des mots, je suis pour l’instant comblée de chanter ceux qu’on a écrits pour moi.


Sur cet album, on remarque la participation de Mathieu Chedid et de Guillaume Canet. Comment se sont passées ces deux rencontres qui ont donné cette participation ?
Mathieu et Guillaume sont des amis de Maxim. Leur talent est immense. Mais les deux sont des mecs formidables humainement avant tout. Ils sont passés en studio pendant qu’on enregistrait l’album pour voir où on allait. Guillaume a craqué sur un titre qui s’appelle "Nos Futurs" et on lui a proposé de jouer une ligne de guitare. C’était génial. Mathieu avait accepté de jouer sur un titre en invité et en clin d’oeil. En fait, il a joué un peu plus que prévu, quand Maxim, handicapé par une blessure au poignet, ne pouvait plus tenir l’instrument. C’est un superbe cadeau et un bel honneur.


Avez-vous déjà des idées pour votre prochain album ?
Plein. Trop. Mais chaque chose en son temps. Je suis en tournée jusqu’à la fin septembre… Pour la suite, j’ai encore un peu le temps.


En dehors de la musique, avez-vous encore des contacts avec les gens de la Star Ac’ ?
Non, pas vraiment. Je croise Olivia (Ruiz) de temps en temps avec toujours autant de plaisir, on se promet de trouver un moment pour se poser un peu, mais la vie fait qu’on y arrive rarement… C’est plein de bons souvenirs, la fin de l’adolescence pour moi… C’est déjà bien loin.


Sur le plan personnel, ce n’est pas trop compliqué de gérer la scène et l’éducation de votre fils ?
Il faut s’organiser. Mais ni plus ni moins que toutes les mamans qui travaillent…


Arrivez-vous à voir encore famille et amis ?
C’est un refuge et un nid irremplaçable. C’est indispensable à mon équilibre.


Dans certaines anciennes interviews, j’ai pu lire que vous souhaitiez avoir plusieurs enfants. Est-ce toujours le cas ?
J’y compte bien. J’ai encore le temps…


Quelles sont vos passions en dehors de la musique ?
Je lis, je vois des films, je cuisine pour mes amis, je mène une vie normale… Et tant mieux !


Propos reccueillis par Gaëla Messerli.

 


 

Metro du 15/04/08 - A la rencontre de Jenifer

 

Jennifer (à gauche), la grande gagnante de notre concours Club Metro, et sa copine, ont rencontré Jenifer jeudi au Zénith pour une interview express.

 

Quel effet ça fait de remonter sur scène après trois ans d'absence ?
Ca fait un choc émotionnel très, très fort. Ca m'avait énormément manque. Ca me nourrit tellement d¹amour la scène que c'est un besoin vital. J'en avais besoin même déjà petite, même si c'était des estrades ou dans les bals ou dans les bars - peu importe ou je chantais. C'est un besoin vital pour moi de chanter sur scène devant un public, encore plus avec mes propres chansons. Donc, du coup, pendant trois ans je n'ai fait que penser à ça, même en studio quand je composais ou quand j'étais concentrée sur de la musique pour l'album, je pensais a la scène. Je suis très agréablement surprise. C'est au-delà de mes espérances parce que je ne pensais pas qu'autant de monde serait au rendez-vous après trois ans d'absence. J'ai pris un « risque » parce que j'ambitionnais d'avoir un son plus roots sur scène avec des cuivres, quelque chose de moins aseptisés qu'auparavant. Donc je me demandais quel serait l'accueil du public, mais en même temps, j'avais besoin de faire quelque chose qui me correspondait aujourd'hui et je n'avais pas envie de mentir et de fonctionner mécaniquement.

Quel est ton meilleur souvenir de la tournée jusqu'à présent ?

Franchement, chaque soir est un super souvenir. Il y a une émotion particulière chaque soir. Il y a des émotions qui sont les mêmes ­ la scène, l'échange avec le public et tout ça, qui restent a peu près pareils ­ mais chaque date a son propre charme, chaque ville a son truc. En fait, toutes les dates sont les meilleurs souvenirs. Je ne pourrais pas choisir une date en particulier. Peut-être la première date car il y a cette adrénaline et cette excitation que j'ai accumule pendant toutes ces années que je me prends en pleine gueule comme ça d'un coup. Et après, ça continue parce qu'on ne s'en lasse pas une seule seconde. Pour moi, ça va en crescendo. C'est vrai que la plus marquante a été la reprise. La première à Lille a été
très marquante pour moi.

As-tu prévu une tournée estivale ? Si oui, ou et quand ?

J'ai prévu une tournée. En fait, on est en train de tout monter. Logiquement, il y a quelques dates d'été, il y a quelques dates de festival. On va aussi peut-être faire quelques dates au mois de septembre. Mais tout est en train de se monter. Il n'y a vraiment de concret. Je finis le 16 août, mais après j'aimerais bien rajouter quelque chose d'un peu plus intimiste, à squatter un endroit un petit plus roots que des Zénith, dans un théâtre avec une équipe un petit peu plus restreinte. C'est pour essayer de s'éclater autrement, avec le public des petits clubs. J'aimerais bien faire ça, ça me manque.

Comment fais-tu pour tenir le rythme éprouvant d'une tournée ?
J'essaye d'avoir une hygiène de vie rigoureuse, c'est-à-dire que j'essaye de m'imposer au moins huit heures de sommeil par nuit. J'avoue que c'est une chose que j'ai du mal à faire, parce que redescendre de scène et puis redescendre de cette adrénaline que tu as pendant presque deux heures, c'est difficile d'aller se coucher tout de suite après. Donc du coup, il faut un certain temps, après tu te couches tard. Il m'arrive de me lever très tôt parce que je suis une maman aussi et que j'ai certaines priorités de maman auxquelles je tiens. Donc du coup, c'est grâce à l'amour qu'on me porte chaque soir et aux encouragements que je reçois. Cette espèce d'authenticité et d'amour, ça me nourrit vraiment physiquement et psychologiquement, plus que vous le pensez, tous les jours. C'est hyper encourageant, hyper motivant. Je me laisse porter par ça et physiquement, j'essaye de me poser - de temps en temps de faire une petite sieste, l'échauffement vocal aussi que je m'impose chaque soir sinon je ne tiens pas la route pendant six mois ; ce n'est pas possible. J'essaye de me couvrir la gorge et de manger régulièrement des choses très saines, comme des chips ­ non, je plaisante ! (Rires)

Trouves-tu que ton public a évolué ?

J'ai l'impression d'avoir grandi avec certains d'entre vous et pour moi c'est vraiment le plus beau des cadeaux. J'ai vu certaines personnes depuis le début grandir et adhérer a la musique que je propose aujourd'hui. Je vois des petites nenettes qui sont pratiquement maman comme moi. Apres il y a d'autres personnes qui se sont intéressées à ma musique grâce au troisième album qui ne m'écoutaient pas du tout avant et qui me détestaient. Il y en d'autres qui sont restes sur les deux premiers et qui ne m'aiment pas aujourd'hui. Mais globalement, les gens qui viennent aux concerts où que je croise sont des gens qui me suivent depuis le début et adhèrent à la musique que je leur propose aujourd¹hui, donc ça, c'est super. Et puis, j'aime bien le mélange qu'il y a, parce qu'il y a vraiment de tout age. Je n'ai pas de cibles d'age. Qui m'aime m'écoute. En majorité, ce sont des ados, 18-24. Apres il y a des enfants, j'adore aussi ! Avec les parents, il s'écoutent le disque et viennent vraiment en famille voir le spectacle, et je trouve ça super. Je les vois danser en famille, c'est mortel. C'est hyper beau de pouvoir amener une lueur de joie a quelqu'un a une soirée. C'est ça qui est magique en musique ­ c'est qu'on peut s'évader et se déconnecter un moment.

Tu as réussi à t'imposer comme une des chanteuses majeures aujourd¹hui. Comment expliques-tu un tel succès ?
Je ne sais pas comment expliquer ! J'ai encore beaucoup de choses à apprendre. Je pense que rien n'est encore acquis pour moi aujourd'hui même si j'en suis à mon troisième album. Je pense que j'ai un facteur de chance énorme. Voila. Je fonctionne à mon feeling, avec mon coeur et sans tromper personne, sans tromper moi-même non plus, c'est-à-dire je ne me mens pas. Je n'ai pas envie de mentir. Est-ce que les gens le ressentent ? Je ne sais pas. Est-ce que je fais une musique un peu plus accessible que d¹autres ? Je ne sais pas non plus. Je ne sais pas expliquer pourquoi ça marche et pourquoi pas d'autres a part le facteur chance et une once de talent !

Tu as remporte le premier « Star Ac ». Crois-tu que cette émission est encore un tremplin pour de jeunes artistes ?

Je pense que c'est un tremplin, mais il ne faut pas confondre les choses. J'ai vraiment deux avis. Je ne cracherai jamais dessus parce que ça m'a servi de tremplin et j'en serai toujours reconnaissante. Je ne regarde pas la télé. Quand ça m'arrive, je peux regarder certaines émissions de divertissement le vendredi soir, mais je ne suis pas du tout fan du (« Star Ac ») quotidien. Le coté voyeurisme ne m'intéresse pas du tout dans cette émission et le système, je n¹adhère pas à tout non plus. En même temps, je m'en suis servie. J'avais énormément d¹inconscience. Maintenant que j'ai vu comment ça se passait et comment on pouvait monter une image autour d'un jeune gars qui veut juste essayer d'avoir une perche pour essayer de percer voila, je le prends comme une émission de divertissement. C'est light et je regarde le vendredi soir. Mais les quotidiens, ce n'est pas mon truc.

Que penses-tu de « La Nouvelle Star » ?
J'adore « La Nouvelle Star » ! Je trouve les castings super bien faits. J'ai vu quelques extraits et il y a des gens très talentueux et je leur souhaite bonne chance et bonne route.