Articles de presse Avril 2011 (extraits)

:: Mises à Jour du Site

:: Accueil

:: Biographie

:. Communauté
• Forum
:. Agenda
• Télé / Radio
:. Revue de Presse
• Couvertures de Magazines
• Articles de Presse
• Articles de Magazines
• Jen vue par
:. Discographie
• Téléchargement Titres
• CD
• DVD
:. Concerts
• Infos & Dates Concerts
• Programmes
:. Médias
• Vidéos
• Audios
Livres
:. Album Photos
• Photos Reporters
• Caps Télé
:. Filmographie
Cinéma
Téléfilm
Théâtre
:. Look
Mode
:. Palmarès
• Top Albums
• Top Titres
• Top DVD
• Distinctions
:. Liens
• Associations
• Sites Officiels
• Facebook Jenifer
• Twitter Jenifer
• Instagram Jenifer
:. Shopping
• La Boutique
:. Le Site JUA.
• Les Archives
• Contact

 

 Communiqué de Presse de Prod Events, Promoteur de Pau

 

La société Prod Events , en tant qu’organisateur et promoteur local souhaite apporter quelques précisions concernant la date de concert de “JENIFER “ au zénith de Pau du 26 avril dernier.

 

En prenant compte la capacité de salle demandée par le producteur ( entre 1000 et 1500 places ) :

 

1- La ville de Pau ne bénéficiant pas de structures d’accueil supérieures à 540 places ( Palais Beaumont ) mis à part le Zénith de Pau , ce dernier à été choisi en accord avec Auguri productions afin d’accueillir dans les meilleures conditions le public et toute l’équipe de Jenifer.

 

2- La configuration du Zénith de Pau mise en place par notre production était de 1100 places ( 800 assis / 300 debout ) et non pas 7 000 comme indiqué par la presse . Il est important de préciser que mis à part 5-6 artistes /an les configurations mises en places sur le Zénith de Pau , sont semblables à celle mise en place sur Jenifer .

 

3- De cette capacité , le taux de remplissage de cette date est d’environ 90 %

 

Pour terminer , nous souhaitons ajouter que ce concert s’est passé dans les meilleures conditions ; que le public présent , selon nos retours fut enchanté de l’ambiance et du spectacle proposé par l’artiste . Nous n’hésiterons pas à re - programmer cette artiste dans notre région .

 

jenifer-pau-communique-pres.jpg

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 


 

Communiqué de Presse de Auguri Productions du 29/04/11

 

 Auguri Productions est fier d’annoncer la prolongation de la tournée de JENIFER sur l’automne 2011 et dans toute la France, et l’ouverture à la vente de deux concerts dans la salle magique des Folies Bergère à Paris, les 18 et 19 Novembre prochain.

 

Jenifer a commencé sa tournée fin mars et enchaîne les concerts devant un public ravi de retrouver sur scène son Artiste dans un cadre joyeux, festif et très coloré, à l’image de son dernier album ‘Appelle-moi Jen’.

 

Cette première tournée de printemps passe par deux Trianon les 19 et 20 Mai à Paris, déjà complets à l'instar des concerts de Lyon, Aix, Toulouse, Lille ou Liège, et bientôt d'autres dans toute la France. Elle enchaînera sur une vingtaine de festivals à partir du mois de juin.

 

cpjenifer.jpg

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 


 

Sud Ouest du 29/04/11 - Jenifer embrase la Gare du Midi avec sa pop

 

Les belles soirées s'enchaînent à la Gare du Midi. Mercredi, Jenifer vêtue d'une robe illuminée est entrée sur scène en entonnant « L'Envers du paradis ». Après des notes poétiques, la suite fut bien plus rock et pop. Dès le deuxième morceau, le public se lève pour danser devant la scène avant que « Jen » ne s'adresse à ses fans. Les projecteurs rivés sur eux, elle demande s'ils sont prêts à mettre le feu. Ce que les Biarrots ont fait.

 


 

La Nouvelle République du 29/04/11 - Jenifer : '' Le people ce n'est pas mon truc ''

 

C'est l'une des premières chanteuses sortie de la téléréalité. Aujourd'hui elle cherche à changer d'image, et n'hésite pas à jouer l'autodérision.

Jenifer cherche aujourd'hui à faire de la musique, et pas seulement à faire jouer les trompettes de la renommée. Interview.

 

Votre victoire à Star Academy, c'était il y a déjà dix ans. A l'époque, on ne s'attendait pas à ce que les artistes de téléréalité durent. Finalement, vous êtes toujours là...

« Exactement. Moi-même, ça me surprend encore aujourd'hui. Je pensais que ça allait être plus éphémère que ça. Mais lorsque j'ai fait ma première tournée avec la Star Ac, ça m'a fait un truc dingue. Je me suis rendu compte que je pouvais avoir de l'échange avec des gens en chantant. J'y ai vraiment pris plaisir. Avant, je chantais pour moi, pour m'évader, c'était très égoïste. Quand j'ai vu des gens adhérer à ma musique, ça m'a donné envie de continuer, c'est allé au-delà de mes espérances. »

 

Depuis votre dernier album, on a l'impression que vous avez envie de changer d'image, de musique...

« Je fonctionne avec mes humeurs, et aussi avec mon âge. Lors de la Star Ac, j'étais superjeune. Mais je n'aime pas fonctionner mécaniquement, me contenter de rester dans un même créneau musical. J'ai besoin de m'éclater en studio, de faire des rencontres, de me surprendre, et d'essayer de surprendre aussi. C'est un risque, mais je le prends. C'est très excitant de tenter des choses. Cet album reste globalement très pop, mais il a des sonorités funk, disco, il est plus électronisé... J'ai fait un mélange pour essayer de créer ma propre musique, et pour conceptualiser un peu plus sur scène, aussi. Je voulais que les gens puissent s'aérer l'esprit un moment, se déhancher dessus. Il me semble un peu plus festif. »

 

Quand on voit votre évolution récente, on a l'impression que vous voulez être de moins en moins people et de plus en plus artiste...

« C'est ce que je cherche depuis le début, finalement ! Vous savez, le people, ce n'est définitivement pas mon truc. Je suis une chanteuse, une artiste. Qu'on me reconnaisse pour ma musique, qu'on critique l'album, c'est cool. Mais dès que c'est people, je trouve ça un peu nul. Ce n'est pas quelque chose qui me ressemble. »

 

C'est quand même la télé et les magazines qui vous ont fait connaître.

« Bien sûr, je ne renie rien. Ça m'a servi de tremplin. Maintenant, j'essaye d'aller au-delà et d'être reconnu pour ma musique. »

 

Aujourd'hui, vous jouez même avec votre image. Vous avez joué votre propre rôle dans la websérie de la chanteuse Koxie, Buzz-moi...

« Ça m'a éclaté d'accepter ce défi, de faire de la comédie alors que je suis chanteuse. J'ai rencontré cette fille qui porte tout sur ses épaules : elle fait de la production, de la réalisation, de la chanson, elle est comédienne... Elle a un vrai concept. J'ai vu les deux premiers épisodes, ça m'a beaucoup amusé, elle m'a proposé de jouer dans le troisième, j'ai accepté. Et puis l'autodérision, je trouve ça très sympa. Et c'est arrivé au bon moment pour moi : c'était à un moment où il y avait beaucoup de polémiques sur les radios, où on nous opposait Nolween et moi, alors que tout va bien. »

 

Il y a quelques jours, votre compte Twitter a été piraté (un lien renvoyait vers une photo d'homme nu). Ça aussi, au final, c'est du buzz ?

« Le twitter, je n'y vais jamais, moi je suis sur Facebook. Mais on m'a raconté ça... Il a eu un souci, mais bon, ça m'a fait rire. Je ne sais pas si c'est du buzz, je ne sais pas ce que cette personne a voulu faire. Je n'ai pas cherché à voir ces images, si vous voulez tout savoir ! Mais non, ce n'est pas pour le buzz, je n'ai pas besoin de cela. Je pense que c'est juste quelqu'un qui a été assez maladroit. »

 

Jenifer, aujourd'hui, c'est qui ? C'est toujours la fille qui est sortie il y a dix ans de la Star Ac ?

« Oui, mais elle a un peu grandi entre-temps, elle a vécu plein de choses. C'est toujours la même, mais avec 28 ans au compteur ! »

 

En concert au Vinci à Tours le 13 mai, à 20 h 30. 35 €. Points de vente habituels.

 

Propos recueilli par Thierry Soulard

 


 

Sud Ouest du 28/04/11 - Jenifer, Nissa la Bella

227220_180518295333619_1000.jpg

 


 

Nice Matin du 25/04/11 - "La Télé Réalité a 10 ans : Que sont devenus les Azuréens"

 

Dix ans ont passé depuis la Star Ac. Le bilan ?

 Jenifer : "Je n'ai aucun souci avec ça, il m'est tout à fait facile d'en parler. J'essaie d'aller au-delà, évidemment, et d'être reconnue comme artiste à travers mes chansons. mais je suis fière de ce que j'ai fait.

 

Fière d'avoir gagné ou d'être toujours là aujourd'hui ?

 "Je suis fière d'en être à mon 4ème album et d'avoir encore une belle tournée qui se présente. Fière du parcours, aussi. Si c'était à refaire, je referais la Star Ac avec grand plaisir. Je suis consciente d'avoir eu beaucoup de chance. Maintenant, tout cela aurait été éphémère si je n'avais pas énormément travaillé de mon côté".

 

S'il n'y avait pas eu l'émission ?

 "J'aurais fait ce métier de toute façon. Je ne sais pas dans quelles conditions, mais je l'aurais fait. J'ai toujours chanté. D'abord pour moi, de façon égoïste, sans imaginer que cela pourrait un jour apporter du plaisir aux gens. Je me suis longtemps cachée derrière mon micro.

 

Suivez-vous X FACTOR ?

 "Non, j'ai juste regardé la 1ère émission. J'envoie de temps en temps un petit texto à mon ami Christophe Willem, histoire de le chambrer. Au fond, X FACTOR, c'est plutôt mieux que certaines émissions. Ici, on ne filme pas les gens dans leur quotidien. Le programme s'en tient à l'aspect artistique et c'est tant mieux. Pour moi, ce n'est pas vraiment de la téléréalité. Plutôt une émission de divertissement. Une bonne émission d'ailleurs, si l'on aime la musique".

 


 

Sud Ouest du 21/04/11 - Jenifer ose le renouveau

 

La chanteuse livre quelques secrets de son show qu'elle présente à Pau le 26 avril et à Biarritz le 27.

 

« Sud Ouest ». Connaissez-vous le Pays basque ?

Jenifer. Je le connais, un peu de loin. Je suis déjà venue à Biarritz, en tournée. Je m'étais baladée avec toute mon équipe sur la plage où il y a tous les surfeurs - dont je ne me souviens pas du nom d'ailleurs - et j'avais trouvé ça vraiment sublime. On avait vraiment apprécié.

 

Et qu'aviez-vous pensé de l'accueil du public basque ?

C'était top ! Il y a eu un échange et c'est ce que je cherche à avoir à chaque fois que je monte sur scène. J'adore cette interaction avec le public et, dans le Sud, comme les gens ont le sang un peu plus chaud, ça marche bien !

 

Vous êtes donc contente de revenir…

Oui, je reviens avec plaisir. J'aime être chez vous car il y a une mentalité assez particulière de protection des terres et du patrimoine qui me fait penser à mes origines corses. Donc, qui me ressemble un peu.

 

Pour en venir au vif du sujet, à savoir votre nouvel album, intitulé « Appelle-moi Jen », pouvez-vous le définir avec vos mots, au-delà des influences avec les années 80, que les critiques musicaux établissent souvent ?

C'est un album globalement très pop, avec un son un petit peu plus rock. Il est plus electro aussi mais pas vraiment années 80. C'est un son changeant, plus électronisé qu'auparavant. Dans mon premier disque, c'était surtout un balayage avec des guitares. Comme je fonctionne avec mes humeurs, qui sont plutôt changeantes, je voulais faire un album qui change, qui ait un côté dansant. Qu'il n'y ait pas des choses trop noires ni trop gaies. Là, les chansons ne sont pas tout le temps joyeuses. Elles ne sont pas toutes sucrées, sauf « Les Autocollants », dans laquelle les paroles sont un peu rigolotes. Bref, je voulais partir dans un trip autre. Et ça donne cet album. Il est différent.

 

Vous dites être d'une humeur assez changeante. Mais quelle est votre humeur du moment, en lien avec cet album, dans lequel on vous sent un peu désenchantée, plus lucide mais avec une forme de dérision nouvelle ?

C'est exactement ça ! J'ai un peu petit plus de recul sur les choses, surtout par rapport à mon premier album, enregistré à 19 ans, âge auquel j'en manquais, c'est sûr. Mais je n'aime pas fonctionner mécaniquement, quitte à prendre un risque. D'ailleurs, on m'avait dit que le départ de cet album, en terme de ventes, serait moins tonitruant, que ce serait moins sympa. Mais moi, j'étais très heureuse avec ça. Je n'avais pas envie de faire de la musique pour faire de la musique.

 

En clair, vous assumiez de faire un disque moins commercial ?

Oui, je me sentais à l'aise avec ça. Mais mon premier single a quand même été disque d'or ! [« Je danse », NDLR]

 

Vous êtes dans les derniers préparatifs de votre prochaine tournée. Pour la création scénique, vous êtes plutôt bien entourée puisque Cyril Houplain, à l'origine de l'univers visuel de M, travaille avec vous. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre futur show ?

Je suis aussi entourée de Dimitri Vassilu, aux lumières, qui était sur mes précédentes tournées. Avec Cyril Houplain, je les remercie tous les jours, j'ai vraiment de la chance car ils me font porter le spectacle au-delà de mes attentes. Il y a énormément d'échanges d'idées, on a des constructions, on fait des maquettes. ça va être très coloré, très entraînant. J'aurai un costume de scène, une robe dessinée par Charles, qui fait des robes pour les Restos du cœur. Mais, au final, il y a énormément de liberté. Ce n'est pas scolaire. Il y a une base mais on fait au feeling et c'est vraiment un travail d'équipe.

 

Je sais que vous n'avez pas forcément la tête à ça au vu de votre tournée très prenante, mais d'autres projets trottent-ils malgré tout dans votre esprit ?

J'ai quelques projets mais tout est un peu abstrait et je me concentre sur ma tournée et je lis beaucoup de choses. Des scénarios, des petites apparitions qu'on me propose, sur les planches. Je suis contente car on me demande des choses. C'est flatteur et je suis touchée. Mais je ne sais pas si j'ai le talent. Quand j'ai joué dans les « Monologues du vagin », je me suis éclatée. Mais, au départ, le travail n'était vraiment pas évident et j'ai bataillé pour me sentir à l'aise, que ça vienne vraiment crescendo. Au final, je n'avais plus envie d'arrêter.

 

Jenifer sera en concert mardi 26 avril à 20 h 30 au Zénith de Pau et le lendemain à 20 heures à la Gare du Midi à Biarritz.

 


 

Ouest France du 16/04/11 - En août, Le Petit Village accueille Jenifer et Alan Stivell

 

La 32 e édition du festival du Petit-Village des 19 et 20 août est sur les rails, les 250 bénévoles sont déjà au travail (Ouest-France d'hier). Les organisateurs ont longuement attendu la réponse de Grégoire qui a finalement décliné l'invitation « pour prendre des vacances ».

 

Jenifer sera donc la tête d'affiche de la soirée familiale du samedi 20 août, ce que ne regrette pas Alexandre Henry : « Elle fait un tabac actuellement et ce sera sa seule date dans l'Ouest cet été. » Pep's avec son tube « Liberta » assurera la 1 re partie de soirée. En deuxième partie, coup de coeur des organisateurs, le groupe féminin Suédois de hard rock, Crucified Barbara, suivi de Burning Heads. La petite scène accueillera deux groupes costarmoricains : Since My Accident (rock métal) et The Reactors (punk rock).

 

Le vendredi 19 août, la Bretagne est à l'honneur avec sur scène, pour la première fois, Alan Stivell, « sollicité depuis plusieurs années ». Un grand moment attendu avec au programme une rétrospective de ses 40 années de carrière. Il sera précédé sur la grande scène des Raggalendo, groupe costarmoricain, puis un groupe Anglais de rythm'n blues formé dans les années 70, Dr Feelgood, et pour terminer, le groupe de rockabilly, les Grease Rockers, qui avaient enflammé la petite scène l'an passé. Elle sera occupée cette année en alternance le jeune Rennais Iwan B qui excelle dans le rock celte et Killer Komanski, rock électro.

 


 

La Semaine du Pays Basques du 16/04/11 - Jenifer - Gare du Midi à Biarritz

 

Jenifer… Un spectacle « tout éclat ! »

 

Très jeune, la belle Jenifer est bercée par les chansons de Stevie Wonder, James Brown, les Beatles et son idole Janis Joplin dont elle aurait aimé posséder la voix. Avril 2011, c’est le départ d’une longue tournée de presque un an. La talentueuse artiste s’arrêtera dans notre belle ville de Biarritz le 27 avril à 20h à la Gare du Midi. Ce sera l’aventure d’un formidable spectacle doté d’un magnifique décor et de remarquables réorchestrations de son grand répertoire. Pour la première fois, la chanteuse a fait appel à la compétence scénographique de Cyril Houplain. C’est le concert unique d’une Jenifer phénoménale, qui groove et qui balance ! Elle met le feu et ça donne envie d’être l’observateur de sa performance sur scène. Ambiance qui met en valeur son talent, passant du doux au dynamisme, avec cette voix exquise qui fait respirer les textes à la fois vifs et ludiques. D’une emprise étonnante, Jen offrira des instants musicaux exceptionnels. « Appelle-moi Jen », son dernier opus, stylé et branché, est le meilleur de la pop française du moment. Et comme elle le dit : « mon existence… c’est une belle aventure que je vis. J’ai l’étonnement de vivre plusieurs vies à la fois. ». Bon, elle l’a promis, son spectacle sera « tout éclat ! ». Nous, on veut la croire !

 


 

La Tribune de Genève du 18/04/11 - Jenifer : «Pour la première fois, j’ai été blessée par ce qu’on a dit de moi…»

 

Salle des fêtes de Thônex | La belle Niçoise sera mercredi à Genève avec une tournée qui se veut gaie. Une occasion de revenir sur les critiques.

 

Elle est toute guillerette au téléphone. Jenifer était à Nice lorsqu’elle a répondu à son portable. Au milieu des bouchons. Elle vient de commencer sa tournée dans le sud de la France et, pour l’instant, ses fans répondent présent. «Je suis vraiment contente, ça a démarré fort et ça monte en puissance», s’enthousiasme-t-elle. « Le concert est vraiment très gai, on s’amuse vraiment sur scène. Les spectateurs ressortent tous avec la patate ! »

 

L’artillerie lourde

Sur la route, Jenifer a retrouvé le sourire et un semblant de sérénité. Car les derniers mois ont été plutôt pénibles pour elle. Pour la première fois, depuis sa victoire à la Star Academy en 2002, la presse française l’a prise pour cible. Elle qui a souvent été citée en exemple dans la liste des «héros» de la télé-réalité. Elle dont on louait la beauté et la simplicité. La Niçoise a eu droit à un véritable traitement de choc. On a rangé son dernier album, Appelle-moi Jen, au rayon des bides, on a tenté de l’opposer à Nolwenn Leroy, on a aussi remis en cause son NRJ Music Awards, catégorie artiste féminine francophone, reçu en janvier dernier à Cannes. Les médias ont sorti l’artillerie lourde. «J’ai été vraiment blessée par ce qu’on a dit de moi», confie Jenifer. «Parce que ces attaques étaient à la fois méchantes et gratuites. Sur le coup, ça a été dur à vivre! Aujourd’hui, j’arrive à prendre du recul avec tout ça…»

 

«Fière de cet album»

Jenifer ne se voile pas la face: son disque ne marche pas aussi bien que les autres. On est même très loin des chiffres de vente de ses précédents albums: 1 million d’exemplaires pour Jenifer en 2002, 310 000 pour Lunatique en 2007. «Mais Appelle-moi Jen est quand même disque d’or en France (ndlr: plus de 50 000 copies vendues)», souligne-t-elle. «Ce n’est donc pas l’échec qu’on veut bien décrire. Moi, en tout cas, je suis fière de cet album et d’avoir pris ce risque-là.» En optant pour un son résolument electro, au risque de désarçonner certains de ses fans, la Niçoise n’a en effet pas choisi la facilité. Mais elle revendique ses choix. Les couleurs qu’elle a données à sa carrière.

 

«En dix ans, je suis restée fidèle à mes valeurs», explique-t-elle. «Lorsque j’ai remporté la Star Academy, je ne savais pas très bien où j’en étais. Il y a eu un tel battage autour de ça! Mais j’ai toujours choisi ce que je voulais faire.» Pop, rock ou acoustique, la princesse s’est alors laissé guider par ses goûts. Par ses humeurs. Par ses envies. «J’ai aussi grandi et, au fil des années, je me suis trouvée!» ajoute-t-elle. «Heureusement, sinon je me serais vite essoufflée…»

 

A 28 ans, Jenifer a encore d’autres pistes à explorer. En 2009, elle avait ainsi fait ses premiers pas sur les planches. En interprétant – pendant deux mois au Théâtre Michel – Les monologues du vagin d’Eve Ensler aux côtés d’Andréa Ferréol. Cela a-t-il suscité une vocation? Peut-être. «Mais j’aime la musique, j’aime en faire et, même aujourd’hui, je continue à apprendre», plaide-t-elle. Cette année, la leçon a porté sur son aptitude à encaisser les coups. Mission réussie !

 


 

Nice Matin du 15/04/11 - "Si je suis là encore c'est que j'aime vraiment la musique"

 


 

Journal de Mateo du 13/04/11 - Appel moi Jen

 

Une jupe noire à paillette, avec des anneaux lumineux, c'est ainsi que Jenifer fait son entrée dans le zénith pour nous présenter son dernier album Appel moi Jen. Une scène très colorée, une ambiance boîte de nuit un peu disco, des jeux de lumières, une barre de Pool Dance...

 

 C'est une Jenifer mature, changer, belle, talentueuse que l'on retrouve avec ces cinq musiciens et musiciennes. Elle nous fait le plaisir également de reprendre de manière réinstrumentalisé plusieurs tubes de ces anciens albums. Le public est large, cela va de la petite fille à la grand-mère, est bizarrement beaucoup de personnes de la communauté gay, Jenifer peut être une nouvelle icone ? :)

 

 On rappelle qu'elle a gagné le Nrj Music Award de la meilleure artiste francophone face à des artistes comme Mylène Farmer.

 

 Malgrés les critiques pour son dernier album, elle se defend sur scène, assure le show et reste proche de son public qui la suit et qui lui ait fidèle. La force de Jenifer est de se renouveler sans avoir peur de surprendre, de changer de style, c'est cela être une artiste et c'est pour cela qu'on l'aime !

 


 

Midi Libre du 09/04/11 - "Fière de cet album"

 

Le virage électro-pop de “Appelle-moi Jen” est un échec commercial. Blessée, la chanteuse veut prouver sur scène la sincérité de ses choix.

 

Qu’est-ce qui a motivé le virage électro-pop de “Appelle-moi Jen” ?

Après Lunatique, je ne savais pas où j’allais musicalement. C’est le théâtre, quand j’ai joué dans Les Monologues du vagin, qui a relancé mon envie de monter sur scène. Je suis alors entrée en studio avec la volonté d’un son plus électronique, plus rock, plus dansant. Je me suis entourée de Pierrick Denin et Pierre Guimard et j’ai joué au petit chef d’orchestre avec cette équipe que j’ai eu la chance d’avoir autour de moi.

 

Du premier au quatrième album, vos univers musicaux sont très différents. Comment trouvez-vous une cohérence sur scène ?

Je tente de faire redécouvrir les titres anciens en les revisitant, en les étirant, avec une orientation pop ou rock. Chacun de mes albums a correspondu à une humeur et à un âge. La couleur variétés de mes débuts, je l’ai voulue. Puis, j’ai appris au fil des tournées et des rencontres. J’ai toujours été très lucide sur ce que j’étais capable de produire. J’ai besoin de m’éclater et de ne pas fonctionner mécaniquement. C’est pour ça que je propose des sons différents, quitte à prendre un risque. Je ne suis pas une chanteuse qui ment ou qui s’adapte aux goûts des radios.

 

Au risque de perdre quelques fans en cours de route ?

Je suis fière de la fidélité de ceux qui me suivent depuis dix ans. Mais j’ai mal vécu le côté “phénomène de foire” et la surmédiatisation. J'assume Star Academy, j’en ai retiré beaucoup de bonheur. Mais la plupart des gens ne venaient voir sur scène que la fille de la télé. Si ces personnes ne sont plus là, tant mieux. Je préfère intéresser un public motivé par ma musique et non par un personnage du petit écran.

 

Mais l’album n’a pas bien marché...

C’est un fait, le démarrage fut difficile. Mais il a eu d’excellentes critiques et le premier “single” est disque d’or. Je suis surtout heureuse de défendre cet album que je revendique haut et fort. Les paroles sont plus noires et moins sucrées, mais c’est moi. J’ai besoin de ressentir ce que je chante et j’aime me retrouver sur scène au plus profond de moi-même. J’ai pris un risque et je suis fière d’avoir vendu ce que j’ai vendu.

 

On a parlé de flop de l’année 2010 !

C’est vache. Certains ont parlé de flop fin 2010, alors que l’album n’est sorti que le 29 novembre. Je préfère essayer d’en sourire aujourd’hui, mais ça m’a beaucoup blessée. Je me suis vraiment sentie touchée, pour la première fois. Heureusement, les bonnes critiques m’encouragent à poursuivre. Si l’album était à refaire, je referais le même.

 

Recueilli par ERIC DELHAYE

 


 

La Depeche du 07/04/11 - "Elle veut qu'on l'appelle Jen" au Bikini

 

A 28 ans, la chanteuse Jenifer, ex-diplômée de la Star Academy, entame près de Toulouse la tournée de son quatrième album sorti l'automne dernier, « Appelle-la Jen ». Coup d'envoi au Bikini, ce soir, avec un concert « conceptuel ».

 

Vous connaissiez Toulouse ?

Oui, c'est une très belle ville. Je suis venue ici avec les Enfoirés, pour les Restos du Cœur, pendant une dizaine de jours. On a joué au Zénith. J'ai eu la chance de pouvoir découvrir la ville et me balader. Ce qui me plaît le plus ici surtout, ce sont les friperies et la vieille ville ! Et certains magasins vintage… J'ai aussi déjeuné dans une brasserie sur une petite place avec des arcades… Je n'ai que des bons souvenirs ici ! ça bouge ! C'est jeune. Et il y a de bonnes ondes.

 

Que pensez-vous du public toulousain ?

Les Toulousains ont la pêche… Les gens ont un truc, ils sont euphoriques mais pas trop. Avec mon équipe, nous sommes toujours contents quand nous avons une date à Toulouse.

 

Ce concert, c'est la première date de votre tournée ?

La première grosse date, oui. La tournée va durer environ un an et demi.

 

Vous interprétez dans votre concert votre dernier album. Vous pouvez-nous le décrire ?

J'ai voulu proposer quelque chose de différent, faire de la musique en cherchant de nouvelles sonorités.

 

J'essaie de prendre des risques, je suis dans la recherche et la création. Et quand j'enregistre, je pense souvent « scène ». Là, j'ai surtout électronisé le son. On m'avait avertie que je risquais de ne pas connaître un succès immédiat, et effectivement cet album a mis du temps à démarrer… Mais je suis super contente, nous sommes Disque d'or au bout de deux mois, c'est génial.

 

Le clip de l'un des titres de votre album, « L'envers du paradis », vient de sortir…

Oui. A la base, je me suis inspirée d'une scène de « Virgin Suicides », le film de Sofia Coppola. Un ami a pris en charge la réalisation. Il dit qu'il s'agit d'un « clip-beauté » (rires) ! Je ne sais pas si c'est un clip-beauté, mais en tout cas j'en suis fière.

 

J'aime particulièrement la chanson, c'est une balade qui a été écrite par un auteur que j'adore, une des plus belles rencontres de ma carrière.

 

Des projets ?

Je reçois des propositions de théâtre, de cinéma… Ça m'intéresse. Je n'ai pas encore osé, par peur des critiques. Mais je veux surtout faire quelque chose que je puisse assumer à 100 %

 

Votre concert ressemblera à quoi ?

Je n'aime pas que la scène soit mécanique. Pour ce spectacle, les jeux de lumière sont plus importants qu'avant, mieux travaillés, assez particuliers. Pour la première fois, j'ai un metteur en scène. Il a scénarisé le concert. C'est un spectacle conceptuel. Et qui n'est pas scolaire. Mais je ne vous en dis pas plus…