Articles de presse Mars 2008 (extraits)

:: Mises à Jour du Site

:: Accueil

:: Biographie

:. Communauté
• Forum
:. Agenda
• Télé / Radio
:. Revue de Presse
• Couvertures de Magazines
• Articles de Presse
• Articles de Magazines
• Jen vue par
:. Discographie
• Téléchargement Titres
• CD
• DVD
:. Concerts
• Infos & Dates Concerts
• Programmes
:. Médias
• Vidéos
• Audios
Livres
:. Album Photos
• Photos Reporters
• Caps Télé
:. Filmographie
Cinéma
Téléfilm
Théâtre
:. Look
Mode
:. Palmarès
• Top Albums
• Top Titres
• Top DVD
• Distinctions
:. Liens
• Associations
• Sites Officiels
• Facebook Jenifer
• Twitter Jenifer
• Instagram Jenifer
:. Shopping
• La Boutique
:. Le Site JUA.
• Les Archives
• Contact

 

La Montagne Clermont Ferrand du 30/03/08 - De la 1ère Star Ac' à un nouvel album plus personnel, Jenifer tourne bien la page

 

Jenifer est de nouveau sur les routes. Artiste Arachnée Productions, elle aura une pensée toute particulière pour Pierre-Yves Denizot lors des deux concerts qu'elle donnera en Auvergne. Avec "lunatique" en cadeau.

 

Récompensée par un nrj music award en janvier mais ignorée par les Victoires de la musique, Jenifer est sur les routes avec son nouvel album "Lunatique". Sa tournée, entamée le 7 mars à Lille, va la mener à Clermont-Ferrand, Orléans, Aurillac et Brive-la-Gaillarde... "On ne m'aime pas beaucoup aux victoires..."

De toutes les dates de ce périple, c'est sans doute sa visite en terre auvergnate qui sera la plus émouvante pour Jenifer, une artiste Arachnée Productions, société de dimension nationale créée et implantée à Clermont-Ferrand depuis plus de 30 ans. " Je suis contente de chanter chez vous. J'ai une douce pensée pour Pierre-Yves Denizot (le pdg du groupe Arachnée, décédé en oct 2006), une des seules personnes qui a compté pour moi dans ma vie et dans ma carriére. Il me faisait une totale confiance. Je l'ai rencontré grâce à un ami. Pierre-Yves ne faisait pas tourner de fille, à part Axelle Renoir, et il a fallu le convaincre aprés mon passage à la Star Ac' : le premier rendez vous a été un peu hard. Il était réservé. Mais le feeling a fait le reste. J'ai beaucoup de respect et d'amour pour lui."

Jenifer, qui appartient donc à l'écurie Arachnée comme Indochine ou Obispo, est fiére de présenter aussi son nouvel album "lunatique", le 1er dans lequel elle s'est autant investie : "J'ai co-composé 4 titres. C'est la 1ère fois que je fais des musiques. De plus, le mixeur de l'album n'est rien autre que Bob Clearmountain, qui a travaillé pour Springsteen ou les Stones. Je suis très contente du résultat, bien que je trouve 2 ou 3 trop compressés, trop aseptisés." Jenifer a travaillé en étroite collaboration avec Maxime nucci, mais aussi avec "M" sur Lunatique et Touche-moi. Le disque a obtenu le platine : plus de 400.000 exemplaires vendus, avec le tube Tournez ma page....

Ca va être chaud !

De plus, Jenifer a reçu le Nrj Music Award pour l'artiste francophone féminine de l'année : "un bel encouragement, une belle preuve d'amour, d'autant que c'est le vote du public." Mais pas de nominations aux Victoires : "on ne m'aime pas beaucoup aux Victoires. Je ne fais pas partie de ce cercle là. On m'a étiquetée "Jenifer de la star ac' " et comme je n'aime pas les cases...". La jeune chanteuse poursuit : " Cela ne m'embête pas d'en parler. J'assume tout ce que j'ai fait. La Star ac' a été un sacré tremplin".

Au cours de cette nouvelle tournée, dont la 1ére partie est assurée par Dan Kamit, elle sera entourée de 6 musiciens et 2 choristes. Au programme, une vingtaine de chansons, dont une grande partie de "Lunatique". Il y aura aussi une reprise : I want to take you higher, de Sly and the Family Stone. Ca va groover !

 

Merci JeniferLife ;-)

 


 

Ouest France Plus du 28/03/08 - Jenifer enflamme le Zéntih

 

"Jenifer on t'aime" ! Après Yannick Noah, jeudi soir, le Zenith de Caen n'a pas eu le temps de refroidir. Le lendemain, Jenifer a été chaleureusement acceuillie par son public. Quelques banderoles beaucoup plus sympathiques que celles déployées samedi soir au Stade de France l'ont d'ailleurs remerciée de faire étape dans la capitale régionale.
Après une première partie assurée par Dan Kamit, la première lauréate de la Star Academy a interprété quelques titres de son nouvel et troisième album "Lunatique". Des chansons plus anciennes ont été reprises en coeur, notamment "Au soleil" et "Ma révolution". Virevoltantes sur la scène, elle n'a pas caché sa joie de "revoir les fans de Caen". Des fans qu'elles apprécient à un point tel, qu'elle n'hésite pas à les filmer, caméra au poing, l'espace de quelques minutes, pour projecter les images sur un écran géant derière la scène !


Emancipée de son passage à la star ac et plus sexy que jamais, Jenifer a allumé le feu au Zénith en faisant découvrir ses nouvelles chansons à l'atmosphère plus électro aussi marquées de sonoritée folk et rock

 


 

La Depeche du 20/03/08 - Jenifer a du chien !

A voir la salle, peuplée d'une kyrielle de petites filles de 9 à 14 ans tout au plus, on pourrait penser que Jenifer - qui se produisait en concert hier soir au Zénith - est une chanteuse pour Lolitas en herbe à peine débarrassées de leur collection de poupées Barbie. Il n'en est rien, mais alors rien du tout… Jenifer est dotée d'une sacrée énergie, d'une assurance sans faille et d'un certain culot aussi. Parfaitement à l'aise sur scène, entourée de bons musiciens et sa silhouette taille 38 mise en valeur par de magnifiques lumières, aussi belles que certaines toiles abstraites de Delauney à Rothko, elle tient la salle et la met dans sa poche. Enveloppée d'un fut noir collé au corps, elle bouge de façon très suggestive, sans grande variante. Mais la voix est sûre. Elle a du coffre, le timbre n'a rien de mièvre même s'il est difficile d'en dire autant des textes de ses chansons qui donnent un peu l'illusion d'un autoportrait. Les musiques qui accompagnent les textes de son dernier opus « Lunatique », sonnent étrangement parfois presque comme une fanfare, avec des pointes rock ou jazzy selon les titres. Enfin, bref, il y en a pour tous les goûts… Gageons cependant que Jenifer saura durer. Elle a déjà très vite mûri.

 


 

Montpellier Plus du 19/03/08 - Le Zénith découvre une nouvelle Jenifer

Bien sur qu'elle a chanté Au soleil ! C'est un de ses premiers tubes. Mais la Jenifer de la Star Ac a changé. Elle a grandi et a muri. Ah ils sont loin les tubes formatés de la télé réalité. La chanteuse a proposé aux quelques 3000 fans, jeunes filles mais aussi jeunes adultes, différents styles jusqu'au ska et à la funk. Oui, devant ses murs de lumières colorées sur scène, et faisant bouger la salle Jenifer a désormais tourné la page... comme le dit si bien l'un de ses tubes.

 


 

Midi Libre du 19/03/08 - Zénith Jenifer a tourné la page

Plus question de format.
Après sa révolution en 2004, Jenifer apporte aujourd'hui la preuve qu'elle a définitivement tourné la page aux années Star'Acet au listing de chansons présélectionnées. Devant 3 000 fans, hier soir, au Zénith Sud, la star chouchou des mamans et des filles a assuré un concert aux multiples accents musicaux et à la mise en place impeccable. De la soul au rock très sixties, de la pop au ska et au reggae, elle n'en fait qu'à sa tête et profite d'une voix tout terrain, claire, souriante et qui sait se révéler puissante, sans effet de mode ni trait de caractère forcé. Comme la vie qu'elle chante, « tableau où les couleurs se mélangent à l'eau », elle saute du personnage de chanteuse R'n'B à celui de Betty Boop, en passant par les allures de James Bond girl de l'époque On ne vit que deux fois. Certes, elle ne déménage pas tout sur scène et s'adapte à son public. Si elle se rêve « femme fugueuse », elle se souvient aussi qu'elle a été « une enfant heureuse ». Si elle veut qu'on la touche... avec des mots, c'est pour la coucher... sur le papier. Pour illustrer son rang de vedette populaire que plus personne ne peut lui contester, Jenifer possède aujourd'hui un répertoire assez vaste pour construire un très élégant concert coloré, alternant titres en devenir, derniers tubes et méga tubes : Ma révolution, Au soleil ou encore J'attends l'amour... « Je suis belle quand je suis heureuse, ça s'entretient » , confie-t-elle au détour d'une chanson. D'autant plus valable que cela se voit sur elle.

 

Ch. G.

 


 

Le Progres du 16/03/08 - Jenifer version funky


Des basses qui chaloupent, des cuivres qui claquent : la chanteuse a trouvé le groove.
Après un Dan Kamit bien accueilli en première partie, le rideau de la Halle s'est levé hier sur jenifer, peu après 21 heures. Six musiciens et deux choristes se sont installés sur scène, mais c'est une boule lumineuse descendant des cieux que la belle Niçoise est apparue aux yeux du public lyonnais. Près de 4000 fans qui ont célébré le répertoire de Jenifer pendant une heure et demie, dans une salle chauffée à blanc.
Un écran géant en toile de fond et des lumières blanches pour décor, un pantalon moulant et un dos nu pour premiers atours, Jenifer est arrivée avec "Ca se pointe". Des basses voluptueuses, des cuivres sensuels et une guitare éruptive : la première chanson a donné le ton de la soirée. Un retour au funk façon années soixante-dix, entre Parliament et Sly and the Family Stone, un groove au tempo moins survolté que le disco, mais d'une lascivité particulièrement dansante "Touche moi", "Tourner ma page", puis "No futur" : Jenifer mélange les époques, entre son album "Lunatique" et ses premiers succés, aux tonalités plus pop. Mais les chansons récentes et plus anciennes sont logées à la même enseigne musicale : même "Au soleil" prend des allures funky. Puis "Quitte à se quitter" ralentit le tempo, pour un slow toujours aussi soul.

 

T.M.

 


 

Le Progres du 15/03/08 - La chanteuse revient à La Halle Tony-Garnier de Lyon pour un show funky autour de son troisième album, «Lunatique»

 

Vous êtes souvent à Lyon, finalement

Oui, j'adore cette ville. À chaque fois, j'essaie de faire les boutiques, notamment dans la vieille ville, avec ma copine Émilie. Côté scène, j'ai des souvenirs très forts à Lyon. La halle Tony-Garnier est un lieu exceptionnel. Pour une aussi grande salle, je trouve qu'elle a un son et un rapport au public très privilégiés.

 

Vous jouez dans les plus grandes salles de France. C'est un choix ?

C'est surtout parce que ma bonne étoile continue de briller. On peut donc se permettre de lancer une grosse tournée, en jouant dans les Zénith et les grandes salles. Mais j'espère ensuite pouvoir programmer une deuxième étape dans la tournée, avec des salles plus intimistes. Ça serait bien.

 

On chante différemment selon la taille de la salle ?

Dans les grandes salles, c'est très excitant et très puissant. Il y a une dynamique très forte, qui vous porte comme sur un tapis volant. Mais j'aime bien aussi le côté intimiste que peuvent avoir les théâtres ou les clubs. Alors, si on peut avoir les deux bonheurs.

 

Ça pourrait s'arrêter ?

C'est quelque chose qu'il ne faut jamais oublier, ça permet d'apprécier ses succès. Mais franchement, ça va bien pour moi, je n'ai jamais connu de passage ingrat. Si ça devait baisser un peu, je n'en mourrais pas. J'aime tellement ce métier, de toute façon, je continuerai à la pratiquer quoi qu'il advienne.

 

Qu'est-ce qu'il y aura de neuf sur scène cette fois-ci ?

Je pense à ces concerts depuis la conception de l'album « Lunatique ». La scène, c'était l'objectif. On va être plus funky, plus soul. Il y aura des cuivres, des percussions, un son plus chaud. La précédente tournée était plutôt pop, cette fois il y aura du groove, ca va être très dance. Il faut que les gens s'éclatent.

 

Propos recueillis par Thierry Meissirel

 


 

Var-Matin du 15/03/08 - Le Zénith s'enflamme pour Jenifer


Jenifer au Zénith : grands et petits sous le charme
Lunatique Jenifer ? Le nom de son dernier album ne reflète pas la réalité d'une artiste redoutablement efficace sur scène, aussi à l'aise dans le répertoire qui a marqué ses débuts que dans celui de son troisième album, mélangeant des sonorités funk, ska et reggae. Elle l'a prouvé hier soir au Zénith-Oméga où des milliers de fans de tous âges attendaient la belle Niçoise...Le spectacle, réglé comme du papier à musique, s'appuie sur un savant jeu d'éclairage et des musiciens de grand talent. La chanteuse, ravie de toucher les terres voisines de son enfance, ne s'est pas ménagée pour faire vibrer un public conquis. Belle, un brin rebelle, Jenifer a soigné son public, définitivement sous le charme.

Lucie et Marjorie aux côtés de Jenifer
Grâce à notre titre et avec le concours du Zénith-Oméga, Lucie Vitalis et Marjorie Beillon ont rencontré, hier, dans les coulisses du Zénith, Jenifer. Quelques heures avant de monter sur scène, la frêle chanteuse originaire de Nice a consacré un peu de son temps pour une (courte) entrevue au cours de laquelle elle a livré quelques secrets de son spectacle. Nos deux lauréates étaient tout aussi émues de la rencontre que subjuguées par la vedette qui, loin de se prendre pour une star, se révèle généreuse envers son public.

 


 

Nice-Matin du 12/03/08 - Jenifer à Nice "comme chez elle !"

retour-Nice-Jenifer-NM1-cop.jpg

retour-Nice-Jenifer-NM2-cop.jpg

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 


 

 Nord Eclair du 06/03/08 - Jenifer dans les starting-blocks


La gagnante de la première Star Academy a déjà trois albums à son actif.
Elle fait actuellement la Une des magazines people pour des raisons dont elle se serait bien passée. Jenifer dit préférer se concentrer sur sa tournée qui débute ce vendredi par le Zénith de Lille. Nous l'avons rencontrée.


"C'est un de mes Zénith préférés. Le sang est très chaud dans le Nord et le public totalement dynamique. J'espère que ce sera aussi magique que lors de mes précédentes tournées. Je ferai tout pour être à la hauteur, même si au moment où je vous parle (mardi, ndlr) j'ai un peu la trouille."

Avez-vous l'impression de tout recommencer à zéro ?
Chaque tournée est un nouveau virage. Celui-ci me plaît bien. J'ai pris le temps de faire ce troisième album, et c'est comme si c'était mon premier. Parce que c'est la première fois que j'ai écrit certaines mélodies et que j'ai passé autant de temps en studio. J'ai été la muse de Maxim Nucci, qui est un musicien dont je reste fan. C'était un travail familial et le studio était un peu notre deuxième maison.

Arrivez-vous à faire abstraction du contexte actuel (la presse people lui prête une liaison avec Pascal Obispo, ndlr) ?
(Hésitante). C'est de la presse à scandale et je n'ai pas envie de commenter quoi que ce soit.


Vous avez obtenu récemment le NRJ Music Awards de l'artiste francophone de l'année, dont le vote provient du public. Rassurant ?
C'est un bel encouragement, une preuve d'amour que je reçois de la part du public. Je prends ça comme un cadeau, et on ne s'en lasse pas une seule seconde.

Avez-vous un rite avant de monter sur scène ?
Je suis une grande traqueuse et si je m'isole, j'attrape mal au ventre et cela peut même me faire vomir et me rétracter les cordes vocales jusqu'à ce que je n'aie plus de voix du tout. C'est peut-être un manque de confiance en moi. En tout cas, avant de monter en scène, je prends conscience que les gens attendent quelque chose de moi. Donc je reste auprès de mes musiciens, mes techniciens, et je bois un petit verre de rhum.

Avez-vous un grigri sur vous ?
J'en ai plusieurs et ils sont soit dans mon portefeuille, soit dans ma trousse à maquillage. J'ai un oeil de Sainte-Lucie, c'est un coquillage qu'on trouve en Corse au bord de l'eau. J'ai aussi des photos en permanence avec moi, dont une de mon grand-père.

Quelle direction musicale allez-vous prendre sur scène ?
Il y aura des sonorités différentes tout en ayant une homogénéité. Le son sera plus soul, plus funk et je souhaite refaire découvrir des chansons comme Au soleil ou Donne-moi le temps en étant cohérente avec le style que j'ai aujourd'hui. Il y aura également une reprise du groupe Sly and the Family Stone, des cuivres, des choristes.

Concernant la scénographie, sur quoi avez-vous décidé de mettre l'accent ?
Les lumières de Dimitri Vassiliu. C'est quelqu'un que j'admire, je lui fais totalement confiance. Il y aura donc des surprises au fur et à mesure des tableaux.

Comment gérez-vous la tournée avec votre rôle de mère ?
J'ai toujours essayé de faire au mieux pour mon petit garçon, c'est-à-dire que je concilie les deux comme je le peux. Je vais être une maman un peu moins présente que d'habitude, mais il y a beaucoup d'allers-retours qui sont prévus.

Vous chantez « Nos futurs ». Comment voyez-vous le vôtre ?
Je vis au jour le jour en profitant de cette chance extraordinaire. J'ai conscience que tout ce qui m'arrive n'est que cadeau. Personnellement parlant, depuis que j'ai mon petit garçon, je m'empêche de penser au futur parce que j'ai envie de rester maman le plus longtemps possible.

On sait que vous êtes marraine de plusieurs associations. Cet engagement est-il le reflet de votre éducation ?
Pour moi, c'est un devoir d'aider l'autre. J'ai vécu une enfance relativement modeste et l'entre-aide faisait partie de mon éducation. Mon père servait des soupes et ma mère chantait pour les plus démunis. Comme je suis médiatisée, j'utilise cette notoriété pour aider d'autres causes. J'ai le sentiment alors de me sentir davantage utile.

Quelle est votre devise ?
Quand on veut, on peut.

 

Patrice Demailly pour Nord Eclair